Journaux et terre

Lutte contre l'agrile du frêne et de la maladie de l'orme

Affiché le mardi juillet 27, 2021

Plusieurs de nos résidents ont remarqué que plusieurs arbres dans nos parcs ont été coupés dans les deux dernières années. Faites-nous confiance, nous ne coupons pas d'arbres à moins d'y être obligé. Ces arbres avaient la maladie du frêne et la maladie de l'orme et devaient être coupés immédiatement. Ne vous inquiétez pas, nous avons l'intention d'en remplacer avec des espèces indigènes saines à l'automne!

Qu'est-ce que l'agrile du frêne?

L’agrile du frêne (Agrilus planipennis) est un insecte originaire de l’Asie du Sud, y compris la Chine et l’Extrême-Orient russe. La plupart des frênes nord-américains sont très vulnérables à ce buprestidé qui a détruit des millions d’arbres dans des zones forestières et urbaines au Canada. Aucun prédateur naturel nord-américain, comme le pic-bois, les autres insectes ou les parasites, n’a pu ralentir la propagation de l’agrile du frêne ou l’empêcher de détruire les arbres.

Une fois installé dans une région, il détruit généralement 99 % de tous les frênes en 8 à 10 ans. Les adultes peuvent voler et se propager localement. Le transport de produits infestés et d’agriles du frêne adultes voyageant sur les véhicules, favorisent une propagation sur de longues distances.

Répercussions de la maladie du frêne

  • Les buprestidés demeurant sur place peuvent détruire les nouvelles pousses, ce qui nuit à la régénération forestière.
  • Les infestations ont détruit des dizaines de milliers de frênes dans les rues et les parcs des milieux urbains.
  • Les administrations municipales ont la responsabilité d’abattre les frênes morts sur leur territoire urbain. Les frênes infestés devraient être traités chimiquement ou abattus puis remplacés, ce qui peut s’avérer un lourd fardeau économique.
  • La perte d’arbres en milieu urbain peut accroître le coût du chauffage et de la climatisation et influer sur les personnes ayant des problèmes de santé, comme des maladies respiratoires.

Qu'est-ce que la maladie hollandaise de l'orme?

La maladie hollandaise de l'orme est causée par deux champignons microscopiques apparentés : Ophiostoma ulmi (Buisman) Nannf. et Ophiostoma novo-ulmi Brasier, le plus virulent. Le champignon se développe dans les vaisseaux conducteurs de la sève. Les premiers symptômes de la maladie se manifestent habituellement entre la mi-juin et la mi-juillet. Les feuilles d'une ou plusieurs branches flétrissent, s'enroulent, se dessèchent et prennent une coloration jaunâtre ou brunâtre, généralement sans tomber. La maladie est transmise par des insectes du groupe des scolytes.

Répercussions de la maladie hollandaise de l'orme

Privées de sève, les parties affectées de l'arbre flétrissent et meurent plus ou moins rapidement. L'orme peut survivre pendant quelques années, mais certains meurent l’année même de l’infection. Il y a trois espèces indigènes d’orme au Canada et elles ont toutes été affectées à divers degrés par cette maladie. Ce sont l’orme d’Amérique (Ulmus americana) et l’orme liège (Ulmus thomasii) qui ont été affectés le plus par cette maladie. L’orme rouge (Ulmus rubra) est le moins affecté par cette maladie.

Contactez-nous